hip-hop

Le hip hop : un art qui va au delà de la musique

La musique hip-hop ou le rap vient du bas quartier des grandes villes américaines comme Los Angeles et New York. Au début, le hip-hop n’était qu’un jeu de mots, une sorte d’échange de phrase entre deux personnes. Ces phrases sont devenues des rimes et ainsi de suite elles sont devenues un mode de vie des jeunes, une tendance vestimentaire, et même une danse contemporaine. Les Afro-américains sont les pionniers de ce genre de musique, et cela a débuté au début des années 80 jusqu’à maintenant. Eliane et Lena va vous plonger dans le monde du hip-hop.

Le début du hip-hop américain

Dans les années 80 jusqu’à 90, la ville de Queens à New York a été le théâtre d’une violence populaire. Les gangs s’entretuent pour s’approprier de plus de territoires afin de faire des trafics de drogue. Autrefois, le rap est la seule musique qui exprime la réalité dans les rues du Queens et des centaines de quartiers afro-américains. La violence fait rage dans ces quartiers et les autorités n’ont aucun contrôle de la situation.

Tous les rappeurs qui sont célèbres ou non durant cette époque font tous partie d’un gang ou sont obligés d’en être à cause des menaces. Les stars du rap de l’époque notamment Dr Dre, Snoop Dogg, 2 PAC, Eminem et le group Wutang clan sont tous concernés et doivent collaborer avec des clans pour avoir une réputation ou pour avoir plus de sécurité. Quelques fois, c’est le chef d’un gang même qui est le rappeur comme le dénommé Notorious Big. Ce dernier a été l’auteur d’un homicide contre son rival, un des rappeurs les plus célèbres du moment dénommé 2 PAC. Ce leader et rappeur a ordonné l’assassinat d’un de ses ennemis pour une raison de jalousie.

new york

La diffusion du hip-hop dans le monde

En 1990, le rap commençait à prendre ses ailes et à diffuser dans toutes les grandes villes des États-Unis ainsi qu’en Europe. Des rappeurs venus de la côte Est de New York comme Busta Ryhmes, Puff Daddy, LL Cool J et des côtes Ouest des États-Unis comme Dr Dre, Eminem, Coolio, Wutang clan sont devenus des concurrents directs pour exploiter les fanatiques du rap américain.

Les paroles de musique hip-hop sont pleines de violence et expriment la dure réalité de la vie dans un ghetto. Souvent, les textes ont été créés pour faire réfléchir et pour choquer les personnes qui sont racistes ou qui ont des complexes de supériorité envers les Afro-américains.

Le hip-hop est une musique révolutionnaire bâtie sur la violence et l’inspiration littéraire. On constate souvent même en Europe que les rappeurs défient toujours l’autorité, le règlement et le système politique d’une Nation surtout si celle-ci se penche en faveur des personnes riches et privilégiées. Le rap en 1990 est considéré comme un chant de libération, un chant de lutte contre le favoritisme et le racisme. En effet, ce dernier est un hymne contre l’injustice sociale et l’inégalité de droit entre les pauvres et les riches.

streetwear

Le streetwear et hip-hop : un mode vestimentaire tendance

Le rap est devenu mondial au début des années 90 et les rappeurs sont considérés comme des célébrités, des écrivains ou des bandes de gangsters qui ont la tête sur les épaules. En France, on considère même certains rappeurs comme des philosophes.

Cette musique de rue américaine a créé une mode vestimentaire original et tendance comme le bagi, sweat à capuche, pantalon large hip-hop et tout ce qui est vêtement à capuche manche longue look hip-hop. Toutes les stars du rap américain portent des vêtements extravagants appartenant au style ghetto chic. Les fans du rap suivent ce genre de code vestimentaire pour exprimer leur fanatisme et leur passion de ce type de musique. Ils portent tous ce type de vêtement au quotidien notamment dans les établissements scolaires, dans les lieux publics ou dans les endroits de rencontre. Le streetwear est devenu une mode vestimentaire urbaine pour les jeunes qui habitent dans les grandes villes américaines ou même européennes.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!